LA COUR D’HONNEUR

par Sandrine GODARD

La cour d’honneur est située au centre de l’école. Elle donne accès aux bâtiments, son portique en fer comporte trois portes. Celle de droite donnait sur l’école des filles, celle de gauche, sur l’école des garçons et enfin la grande porte permettait un accès direct au fond de la cour où se trouvait le bâtiment central destiné à l’éducation physique.

Deux bas-reliefs peu visibles, au-dessus des deux anciennes portes d’entrée, célèbrent les deux activités développées par le groupe scolaire et par Henri Sellier : la culture intellectuelle et l’activité manuelle.
La cour d’honneur mesure 43 m sur 12 m. Elle n’était pas utilisée pour les récréations mais pour célébrer les fêtes et pour donner les récompenses aux élèves méritants en fin d’année. Pour les habitants du quartier, elle offrait un accès direct à la piscine et au gymnase superposé.

Lorsque les écoles étaient fermées, en fin de semaine ou le soir, les gens avaient le droit de venir se laver, nager ou faire la fête dans la salle de gymnastique.
Avant, la cour d’honneur était bordée de massifs de fleurs et d’arbustes. Il y avait des pavés au sol et les enfants pouvaient glisser ou tomber. Au fond de la cour, il y a deux escaliers : un pour descendre à la piscine et l’autre pour monter à la salle de gymnastique.

Khoubaib, Seifeldin et Gabriel
Leonora, Brayan et Gerard (UPEAA)

Photos MUS de Suresnes
Groupe Aristide Briand – La bouche de lumière. © MUS Suresnes
Ecole primaire Aristide Briand de la cité-jardins – Fête enfantine dans la cour d’honneur. © MUS Suresnes